Bébé prématuré : Tout savoir sur ce petit être pressé de vous rencontrer !

Bébé prématuré : Tout savoir sur ce petit être pressé de vous rencontrer !

La prématurité d’un enfant est souvent un source d’inquiétudes. Lorsque nous avions compris que notre fils aller naître prématurément, nous avons démultiplié les recherches sur internet sans réellement obtenir de réponses à nos questions.

Attendre un bébé prématuré est probablement plus long qu’attendre un bébé à terme. C’est d’ailleurs un comble pour un être qui viendra au monde plus vite qu’un autre !

Chercher des réponses aux premières questions…

Cette attente est due au fait que nous nous posons une multitude de questions et que l’inconnu nous fait clairement peur.

Naturellement les premières questions que l’on se pose lorsque la famille s’apprête à recevoir un bébé prématuré sont celles qui concernent sa santé.

Nous sommes déjà bien loin des questions du genre “Serons-nous prêts ? Ferons-nous de bons parents ?”.

Cependant, les questions de santé ne sont pas propres aux bébés prématurés car on se les pose également lors de chaque grossesse.

En réalité, il n’y pas a pas de règles pré-établies. C’est plutôt difficile à accepter, pour moi le premier.

En effet, lorsque nous avions compris que la grossesse de ma femme allait être très compliquée (à cause d’un cordon ombilical très capricieux), je cherchai absolument à comprendre quels risques la prématurité pourrait avoir sur sa santé.

La littérature nous donne des statistiques, mais rien de concret. Ces chiffres se retrouvent balayés sur d’autres sites. C’est très frustrant.

Bébé veut naître avant l’heure : les 3 stades de la prématurité

On cherche des repères donc on classe…

La prématurité est classée par stade. On espère ne pas être dans le stade le plus difficile. Pour nous, pour notre fils, c’était le plus haut stade, la très grande prématurité.

Stade 1 : la prématurité

On qualifie un bébé de “bébé prématuré” lorsqu’il né entre la 32ème semaine de grossesse et un peu avant la 37ème. À ce stade, bébé passera probablement un peu de temps en couveuse avant de rejoindre le service de néonatologie.

C’est un service où les bébés restent monitorés afin d’attendre patiemment qu’ils soient prêts à sortir de l’hôpital. C’est pendant cette période qu’ils finissent leur développement.

Stade 2 : la grande prématurité

Bébé n’a pas le temps ! il veut sortir ! la grande prématurité est décrétée quand bébé sort entre la 28ème est la 32ème semaine.

Il passera un peu plus de temps en couveuse, dans le service de réanimation pédiatrique.

Le mot fait peur, mais il est en sécurité. C’est probablement un service plus difficile pour vous qui n’y avez jamais mis les pieds. Vous découvrez le monde secret des bébés nés un peu trop tôt.

Stade 3 : la très grande prématurité

Bébé remporte la course, le chronomètre n’en revient pas. Maman n’a même pas eu le temps de voir son ventre grossir que bébé est déjà la. Il est né avant la 28ème semaine. Comment est-ce possible ? Probablement parce-qu’il sera bien mieux dehors pour continuer à se développer.

Avoir un bébé très grand prématuré c’est généralement synonyme d’une grossesse très compliquée. Qu’importe, c’est déjà de l’histoire ancienne.

Notre fils est né très grand prématuré, à 26 semaine et à 595 grammes.

Il a souffert d’un retard de croissance durant la grossesse.

Il est resté quelques mois en couveuse.

En effet, un bébé prématuré n’est pas assez mâture pour se passer de la surveillance. Il a besoin de surveillance en continu. Son rythme cardiaque, sa saturation sont quelques-uns des éléments surveillés. Parfois il a une petite faiblesse mais les infirmières ne sont jamais loin. Notre fils “oubliait” parfois de respirer, cela paraît incroyable, mais une petite chatouille sous le pied et c’était reparti. On soigne les gros oublis par de la tendresse. C’est ça la prématurité. Puis un beau jour bébé devient autonome, il ne fait plus de “bêtises”.

Il va très bien aujourd’hui probablement grâce au personnel soignant constitué de gens vraiment formidables et très à l’écoute.

Conséquences de la prématurité

Le stade de la prématurité définit avant toute chose la durée du combat.

Oui, on associe beaucoup trop vite le stade de la prématurité avec celui du danger. En gros, mon bébé est trop prématuré de ce fait il risque plus qu’un autre.

C’est ce que je pensai. Jusqu’au jour où la pédiatre du service dans lequel mon fils était m’a dit : “Monsieur, dans votre travail peut-être que 1+1 font 2, dans le mien non”.

C’est une façon beaucoup plus directe et bien résumée du discours que l’ensemble de l’équipe médical a cherché à me faire comprendre bien avant la naissance de mon fils.

Chaque grossesse et chaque bébé sont différents. Un bébé né à terme peut éprouver autant de difficultés qu’un bébé prématuré à la naissance, même si le risque est forcément moins grand.

Notre fils est resté de longues semaines en réanimation. Forcément à moins de 600 grammes il ne fallait pas s’attendre à sortir demain. Mais il est vrai que ses camarades ( bébés prématurés partageant sa chambre en réanimation) et lui-même se portaient parfois mieux que certains nés plus proche du terme.

J’écris ces lignes avec beaucoup de franchise car je veux vraiment que vous compreniez que ces fameux stades ne sont pas strictement liés aux difficultés auxquelles on s’attend.

N’oublions pas pour autant que ce n’est pas une compétition entre eux, comparé la santé d’un bébé prématuré avec celle de son petit voisin serait immoral, mais il est important de laisser votre bébé tranquille avec ce stress de naître trop tôt.

Avec du recul, j’étais focalisé sur les stades, espérant au moins atteindre la 28 ème semaine, oubliant totalement dans cette course de lui dire que nous l’attendions avec amour. Bébé ressent tout depuis le ventre de sa maman.

Parents : comment gérer la prématurité de votre bébé ?

Cette question est vaste mais la réponse est plutôt facile : SANS STRESS.

C’est plus facile à dire qu’à faire mais retenons une chose simple : un bébé prématuré a beaucoup de chances de s’en sortir car la médecine maîtrise bien cette situation.

Avant la naissance vous ne pouvez pas deviner (ou pas facilement) à quel stade votre bébé décidera de naître et après sa naissance il sera suivit comme il le faudra. Mais dans les deux cas il aura toutes les chances de son côté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *